Un peu de théorie, les fonctions du self

Voici le détail des fonctions du self, évoquées dans un précédent article. Chaque fonction intervient sur l’ensemble du cycle mais de manière plus ou moins importante selon la phase en cours.

Ces fonctions sont les suivantes :

Le mode Ça :

Il intervient surtout en début de cycle. C’est tout ce qui émerge en sensations, émotions, besoin au niveau corporel principalement. Ce n’est pas quelque chose que la personne souhaite, « ça lui arrive » : c’est donc un mode essentiellement passif.

« Le mode Ça comporte cet instinct de vie, cet élan vital qui nous pousse et nous tire vers le monde. »[1]

« L’expérience des désirs se fait sur le registre du Ça. Le corps constitue le fond et les frontières de l’organisme sont estompées s’accompagnant d’un ressenti d’unité océanique avec le contexte vital dans lequel il est inscrit. C’est un état de réceptivité à tous les possibles avec sentiment diffus d’un flot vital se déroulant sans intervention active. »[2]

Le mode Moi :

Ce mode est le mode de la décision. C’est le Moi qui fait le tri entre les informations du Ça et les informations du mode Personnalité.

« Les désirs, les pulsions du Ça sont identifiés et traités par le Self sur le registre du Moi.» [2]

Il se mobilise pour l’action choisie, il décide.

Ce mode intervient principalement dans la phase de mise en contact.

Le mode Moyen :

C’est sur ce mode que se joue le plein contact. C’est un mode où l’organisme donne autant qu’il reçoit. On est dans le lâcher-prise. Il y a libre circulation de l’énergie. C’est un mode d’abandon, l’attention délibérée est diminuée.

La fonction Personnalité :

C’est « la mémoire intégrée, assimilée, acceptée, reconnue de l’expérience antérieure du Self ». [2]

C’est tout ce qui nous définit. Quand on est dans ce mode, on emploie des phrases comme « je suis cela et ceci ». C’est ce que je pense que je suis.

« C’est l’image de soi »[2]

Cette fonction intervient principalement à la fin du cycle, dans le moment d’assimilation. L’intégration de l’expérience vécue alimente la fonction Personnalité.

[1] MASQUELIER-SAVATIER Chantal (2008), Comprendre et pratiquer la Gestalt-thérapie, p 115

[2] SALATHE Noël (1995), Psychothérapie existentielle, une perspective gestaltiste, p 28 à 30

——————————————————————————

Les livres sur lesquels s’appuie cet article :

comprendre et pratiquer masquelier

salathe

Un peu de théorie, le cycle du contact gestaltiste

Le cycle du contact est un élément central de la théorie du Self, théorie qui définit la Gestalt.

Ce cycle décrit les étapes suivies par chaque personne pour vivre le contact : avec une autre personne, une émotion, etc.

Je reprends ici le schéma de Noël Salathé [1]:

 

cyclecontact_Salathé

Le cycle est composé de trois phases :

  • Emergence :

Ou encore « le pré-contact ».

La phase d’émergence commence dans un vide fertile. L’organisme est au repos. « C’est sur ce fond que progressivement émerge une figure menant à la manifestation du désir. »[2]

« Dans l’éventualité de la co-présence simultanée de plusieurs désirs, il va falloir établir (…) un ordre de priorité, pour traiter d’abord celui qui émerge comme forme dominante sur le fond constitué de tous les désirs. »[3]

  • Le contact :

Cette phase est composée de deux parties :

– La mise en contact : C’est la phase où le besoin est identifié. Un choix se fait, l’organisme se mobilise pour aller vers l’environnement.

– Le plein contact : C’est une « période d’accomplissement durant laquelle l’énergie se décharge »[3]. La frontière est abolie. C’est un moment nourrissant où organisme et environnement prennent et donnent en même temps.

  • Le retrait
    Ou Post-contact :

C’est la phase où on se dégage peu à peu du contact. Cela permet d’assimiler l’expérience, de l’intégrer.

« Je digère mon action et vais redevenir disponible pour une nouvelle forme. »[4]

Le cycle du contact est éphémère, il a une durée limitée dans le temps et dans l’espace : cela est bien montré dans le schéma ci-dessus, avec le cercle composé d’une succession de cycles.

Lors de ces différentes phases, le « self », que l’on définit par la modalité d’être en contact à tout instant, y déploie ses différentes fonctions, ses différents « modes de relation au monde » [4]. Chaque fonction intervient sur l’ensemble du cycle mais de manière plus ou moins importante selon la phase en cours. Ces fonctions sont connues sous le nom de mode Ça, mode Moi, mode Moyen et fonction Personnalité. Elles feront l’objet d’un prochain article.

 

[1] SALATHE Noël (1995), Psychothérapie existentielle, une perspective gestaltiste, p 48

[2] SALATHE Noël (1995), Psychothérapie existentielle, une perspective gestaltiste, p 23

[3] SALATHE Noël (1995), Psychothérapie existentielle, une perspective gestaltiste, p 24

[4] MASQUELIER Gonzague (2008), La Gestalt aujourd’hui, Choisir sa vie, p 54

——————————————————————————

Les livres sur lesquels s’appuie cet article :

La gestalt aujourd'hui

 

 

 

salathe